samedi 17 octobre 2020

Après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Communiqué de Lutte ouvrière - Conflans-Sainte-Honorine

Un fanatique de 18 ans, influencé par les fascistes du monde musulman (appelés islamistes) vient de tuer un professeur qui avait montré les caricatures de Charlie Hebdo. À cause de ces crapules qui veulent nous imposer leur ordre moral, les musulmans vont être montrés du doigt. Nous diviser, c’est leur but ultime. Ils s’alimentent les uns les autres. On a vu d’autres fascistes attaquer des mosquées. Ils n’ont qu’un but : nous imposer leur domination et pour cela ils veulent nous diviser par religion ou par nation.

Nous, travailleurs, sommes et resterons des frères pour changer ce monde où ce sont de plus en plus les barbares qui s’expriment pour le moment.

Ali Kaya, Lutte ouvrière – Conflans-Ste-Honorine

mardi 13 octobre 2020

Saint-Martin-le-Vinoux - Jardins de la Buisserate : la contestation continue

Lundi 12 octobre, des associations écologistes et des habitants du quartier se sont rassemblés devant le Conseil municipal (prévu à huis clos) pour interpeler le maire. Celui-ci persiste en effet en ce qui concerne la destruction des jardins, et leur remplacement par des constructions.

Accueillis par les policiers municipaux, les manifestants n'ont pu voir le maire qui s'est bien gardé de venir s'expliquer. Pas trop courageux, mais il a quand même pu entendre à travers les vitres de la salle municipale ce qu'ils avaient à lui dire…

L'action s'est terminée devant les jardins, où, non loin de là, cachées devant l'entrée d'une cité, deux camionnettes de la police nationale étaient garées, prêtes à intervenir !

jeudi 24 septembre 2020

Samedi 26 septembre, nous serons de 10h à 12h devant les commerces Bellecroix

Les militants de Lutte ouvrière, dont moi-même, assureront une présence samedi prochain de 10h à 12h devant les commerces Bellecroix.

Ce sera l'occasion de discuter avec les milieux populaires de la crise du capitalisme, qui devient encore plus aiguë avec la pandémie de Covid-19. Le patronat et la bourgeoisie, aidés par le gouvernement, renforcent leur offensive contre les travailleurs, qui se retrouvent de plus en plus nombreux privés d'emplois et donc de salaires. 

Les travailleurs et les organisations ouvrières n'ont pas à jouer les conseillers du grand patronat, dont les décisions se font uniquement en fonction des profits à réaliser. 

Le grand patronat est incapable d’assurer un emploi à tous avec des salaires dignes ? Il doit être exproprié et son système renversé ! Voici les perspectives politiques que nous pourrons discuter.

lundi 21 septembre 2020

Préfet et élus n'ont pas peur du ridicule

Samedi 19 septembre, en fin de matinée, les riverains des jardins de la Buisserate, à leur grande surprise, ont vu débarquer plusieurs dizaines de CRS, qui, après avoir fait le tour extérieur des jardins, se sont positionnés alentour, sans rien faire sinon regarder d'un air soupçonneux et hautain les gens qui passent. Les CRS ont dû trouver le temps long, car ceux qu'ils attendaient, des manifestants qui devaient partir de Grenoble en vélo à destination de ces jardins, ayant été prévenus, les ont laissé poireauter plusieurs heures avant d'arriver.

Pour le maire de Saint-Martin-le-Vinoux et les politiciens responsables de l'Établissement Public Foncier Local propriétaire de ces jardins - destinés à disparaitre au profit d’un promoteur immobilier - il n'est en effet pas question de tolérer que des habitants puissent en profiter en y pénétrant, alors que les travaux n'ont pas encore commencé. Et ils ont pour cela bien sûr, l'appui de la préfecture.

Préfet et élus veulent nous faire croire qu'ils sont au service de la population, mais en fait, ils défendent l'ordre bourgeois.

vendredi 11 septembre 2020

Le bureau de poste encore fermé : la Poste doit embaucher

Encore un fois, ce jeudi 10 septembre, le bureau de poste était fermé "pour cause de maladie".

La direction de la Poste a tellement réduit le personnel ainsi que les horaires d'ouverture des bureaux, aggravant aussi les conditions de travail des postiers, que dès qu'il manque un employé dans les bureaux de Saint-Martin-le-Vinoux, Voreppe et Saint-Égrève, il y a immédiatement une répercussion pour les usagers.

Les 100 milliards du plan de relance va arroser le patronat, sans empêcher les licenciements et le chômage. L’argent public devrait servir à ce qui est utile à la société : à embaucher non seulement dans les hôpitaux, mais aussi à la Poste et dans bien d'autres secteurs.