samedi 13 novembre 2010

Au conseil municipal du 1er février 2010

Explication de vote sur le budget communal 

Je voterai ce budget mais je voudrai faire quelques commentaires.

Ceux qui nous annoncent la fin de la crise n'en savent absolument rien. Pour le moment, les seuls qui s'en sortent, et même très bien, ce sont les financiers et les grandes entreprises du CAC 40. La spéculation est repartie (et les gesticulations de Sarkozy sur la moralisation du capitalisme n'y changent rien). Le chômage, lui, continue à augmenter, quoiqu'en disent les chiffres falsifiés du gouvernement.
Sur le plan national, Pôle Emploi prévoit qu'un million de personnes vont se retrouver en fin de droits cette année, dont 60% n'auront droit à aucune indemnisation. Toutes ces personnes indemnisées ou non, verront leurs revenus baisser de façon importante. La commune n'est évidemment pas épargnée par cette catastrophe qu'est le chômage.

Si les banquiers ont pu compter sur l'aide généreuse de l'Etat, malheureusement, il n'en est pas de même pour les familles des quartiers populaires, dont le budget est mis à mal par la crise.

Cet État, qui finance sans compter les plus grandes entreprises de ce pays, a de moins en moins d'argent à consacrer aux services publics. Les collectivités locales se voient contraintes de prendre en charge de nouvelles missions alors même que les dotations ne sont pas à la hauteur. Les communes doivent faire face aussi à la suppression de la taxe professionnelle. Quant à la réforme territoriale, elle vise d'abord à réduire le nombre de postes d'agents territoriaux. L'État a montré l'exemple en décidant de ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux. Il compte bien imposer la même politique aux communes et autres collectivités territoriales.

Dans ce contexte, il est difficile de parler de maîtriser les dépenses sans toucher aux services rendus à la population et aux conditions de revenus et de travail des agents territoriaux.

Pour la période qui vient, j'espère bien que cette politique au service d'un système économique aberrant et injuste se heurtera à la mobilisation et aux luttes, celles de la population comme celles des agents des services publics.

0 commentaires:

Publier un commentaire