vendredi 14 février 2014

Pourquoi je n'ai pas voté le budget de la commune

Le Conseil municipal du  10 février était appelé à voter le budget communal 2014. Les années précédentes, j'avais voté ce budget. Mais cette année, c'est un gouvernement socialiste - la même couleur politique que l'équipe municipale - qui mène les attaques les plus dures contre les travailleurs. Le maire de Saint Martin le Vinoux ne s'est jamais démarqué de ses amis socialistes du gouvernement Hollande. 

Mon vote - contre le budget - est donc un vote de protestation contre la politique gouvernementale. 

Voici ma déclaration :

"Le budget 2014 est dans la continuité des précédents budgets. Par contre, en raison de la crise persistante, de l'offensive patronale et de la politique du gouvernement, la situation des travailleurs et de leur famille dans la commune, comme celle des retraités, continue de se dégrader. Le chômage s'aggrave, en particulier chez les jeunes, tandis que la précarité gagne du terrain, les salaires et les pensions de retraites stagnent. Dans le même temps, les familles doivent dépenser davantage pour se nourrir et se loger. Le budget de la commune est donc bien insuffisant pour réellement aider la population.

Certes le taux d'imposition pour ce qui concerne la part communale n'augmente pas. Mais les travailleurs ont bien dû mal en s'en rendre compte tant les hausses d'impôts grèvent leur budget. En 2013 il y a eu notamment l'augmentation de l'impôt sur le revenu pour bon nombre de ménages. Et même les plus modestes n'ont pas été épargnés puisqu'une partie d'entre eux est devenue imposable. Depuis le 1er janvier 2014, il faut encore supporter la hausse de la TVA, l'impôt le plus injuste puisqu'il taxe de la même façon les millionnaires et les personnes qui doivent survivre avec le SMIC ou le RSA.


Les dotations de l'État aux collectivités locales continuent également à diminuer. Ce qui conduit celles-ci (et notre commune n'y échappe pas) à grappiller  des économies partout où elles le peuvent. Dans le contexte actuel, cela se fait forcément soit au détriment des services rendus aux habitants, soit au détriment des agents communaux, soit des deux.


Après le cadeau de 20 milliards du crédit impôt compétitivité emploi, ce sont en effet 30 milliards d'euros d'exonération de cotisations familiales qui vont remplir les coffres du grand patronat. Et prétendre que celui-ci va embaucher est un mensonge.


Amputer les dépenses du budget de l'Etat de 50 milliards est révoltant car cela se traduira inévitablement par une dégradation dans l'Education, dans les hôpitaux comme dans l'ensemble des services publics. Au final, la facture sera présentée à la population laborieuse qui ne verra pas l'ombre d'un emploi supplémentaire créé.

Je ne voterai donc pas ce budget parce qu'il entérine la politique menée au niveau national, politique à laquelle vous apportez votre soutien et à laquelle je m'oppose."

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire