vendredi 10 juillet 2015

Les vautours s’acharnent sur la Grèce

     Une heure et demie avant la date limite fixée par ses créanciers, le gouvernement grec leur a transmis une liste de mesures : hausse de la TVA et des impôts, réforme des retraites, reprise des privatisations. A première vue, cela revient à accepter le plan d’austérité qu’exige l’Union européenne.

      Mais il n’est même pas dit que ce recul suffise aux créanciers. Tsipras a beau avoir cédé sur l’essentiel, ils veulent être sûr que cela apparaisse aux yeux des peuples, grec mais aussi de tous les autres, comme une capitulation. Ils veulent ainsi démontrer qu’il est impossible de leur désobéir et de remettre en cause la dictature des banquiers et des financiers. 

Mais si Tsipras est prêt à capituler, il n’est pas sûr que ce soit le cas des classes populaires.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire