vendredi 4 septembre 2015

Pour enrayer l’hécatombe des migrants, il faut ouvrir immédiatement les frontières !

     L’image d’un petit enfant syrien retrouvé mort sur une plage de Turquie suscite une vague d’émotion. Cette tragédie s’ajoute à celles, quasi quotidiennes, dont ont été déjà victimes plus de 2.500 migrants depuis le début de l’année.

     Fuyant la guerre, la dictature ou la misère dont sont largement responsables les puissances impérialistes occidentales au Moyen-Orient ou en Afrique de l’Est, ces êtres humains sont morts car "l’espace de liberté et de démocratie" que prétend être l’Europe de Schengen est un véritable camp retranché. Ils sont morts car l’Europe est hérissée de frontières avec des barbelés de plus en plus durs à franchir, de la Bulgarie à la Hongrie mais aussi à Calais ou à Vintimille.

     Les dirigeants européens alternent larmes de crocodiles et discours cyniques. Comme si la riche Europe avec ses 500 millions d’habitants ne pouvait pas accueillir dignement 350.000, voire 500.000 réfugiés, quand la Turquie, la Jordanie et le Liban en accueillent plus de 3 millions !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire