vendredi 30 octobre 2015

Dans la perspective des élections régionales, Lutte Ouvrière veut représenter le camp des travailleurs (Dauphiné Libéré)

Article paru dans l'édition du 30/10/2015 du Dauphiné libéré.

Réunis autour de Chantal Gomez, leur tête de liste dans le département de l’Isère pour les élections régionales des 6 et 13 décembre prochains, la plupart des candidats de la liste Lutte ouvrière, qui sera dévoilée mardi, ont appelé, hier, "les travailleurs à ne pas s’abstenir".

"Montrez votre colère !", a par ailleurs lancé Chantal Gomez, qui veut "offrir aux révoltés, aux écœurés et aux dégoûtés la possibilité de se faire entendre". En d’autres termes, "s’abstenir, c’est se taire !"

Cliquez pour agrandir

Comment ? "En interdisant les licenciements, en partageant le travail, en embauchant dans le secteur public, en mettant les grandes entreprises sous le contrôle des travailleurs", développait-elle.
Contre le "vent de droite qui souffle sur l’Europe"
 
De la même façon, "si nous sommes élus, on dénoncera toutes les aides publiques aux entreprises privées ! STMicroelectronics a touché 25 millions en 2014 et s’apprête à supprimer un millier d’emplois".

Car "les conseils régionaux sont devenus de mini-gouvernements et l’argent va être drainé sur tout le territoire pour aider encore plus les entreprises".

Alors, "à ceux qui seraient tentés par le vote Le Pen, je dirai : vous vous êtes fait rouler par Nicolas Sarkozy, par François Hollande, eh bien, regardez ce qui s’est passé à Air France ! On a vu qu’ils étaient tous du côté de la direction, pas de celui des 3 200 salariés", se plaît-elle à insister.

Défendant "un programme communiste de partage, de solidarité et de fraternité, loin des mascarades de la Chine, de la Corée du Nord ou de l’Union soviétique", ils estiment néanmoins sur le fond "que la seule façon de se défendre, ce sont les luttes". Et de marteler : "Nous défendons des idées d’avenir dans ce monde qui recule".

En attendant, Chantal Gomez n’aura pas de mots assez durs à l’encontre de Jean-Jack Queyranne, le président (PS) sortant : "Il s’est transformé en VRP des grands patrons. L’Auvergne, qui va faire partie de notre région, vient de donner 6 millions pour une filiale de Michelin", s’indigne-t-elle. 


"Le FN tire tout le monde ! La droite lui court derrière pendant que la gauche court après la droite… Ils sont tous au service de la grande bourgeoisie, car ce ne sont pas les migrants qui ferment les entreprises ou qui sont responsables des petits salaires… Un vent de droite souffle sur l’Europe !", déplorent-ils en chœur.
 
                                                                                                                     Philippe Gonnet

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire