vendredi 19 août 2016

Incidents racistes en Corse : les fruits pourris du "diviser pour régner"

Samedi 13 août, dans la région de Bastia, une banale altercation de plage s’est rapidement transformée en flambée raciste puis en problème politique d’ampleur nationale.

Si les versions sur le démarrage de l’incident entre quelques familles maghrébines et les adolescents d’un village corse diffèrent, il y a bien eu des coups et blessures. L’escalade est décrite par tous les témoins : les renforts arrivés du village, la police obligée de protéger les maghrébins en passe d’être gravement molestés, les automobiles de ces derniers incendiées. Puis, le lendemain, un rassemblement de plusieurs centaines de personnes devant la mairie de Bastia s’est transformé en manifestation hostile vers le quartier où habitent les familles maghrébines. On n’en est pas encore aux ratonnades, les chasses à l’Arabe de sinistre mémoire organisées par l’extrême droite pendant la guerre d’Algérie, mais cela pourrait venir. Et le fait que les racistes prennent comme prétexte le voile intégral, voire le burkini, ne les rend pas moins dangereux, même s’il s’agit là de problèmes bien réels.

Mais, si les racistes avoués peuvent se permettre ce genre d’attitude, c’est bien parce que toute la propagande officielle les y autorise, en désignant les émigrés, particulièrement les musulmans, à la vindicte publique. Il n’y a pas un discours de Hollande, pas une interview de Sarkozy, pas une déclaration de Le Pen qui ne fasse de la population immigrée ou issue de l’immigration des boucs émissaires. Ils se font même concurrence sur ce terrain et la presse, entre deux comptes rendus sportifs, tartine à loisir sur cet unique sujet. Les crimes djihadistes et les attentats ont bien sûr renforcé cette campagne et lui ont donné des munitions, mais elle avait commencé bien avant.

L’incident de Bastia en devient maintenant un élément, les politiciens faisant mine de se demander si l’interdiction du burkini serait de nature à calmer les esprits. Mais c’est leur société d’injustice, leurs mensonges permanents, leur mépris des pauvres et la bouillie qu’ils répandent en guise d’idéologie qui échauffent les esprits faibles et arment les voyous d’extrême droite.
 
Lutte Ouvrière N° 2507

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire