lundi 24 octobre 2016

Concours de démagogie autour des migrants de Calais

Communiqué de Nathalie Arthaud

Le démantèlement de la « jungle » de Calais est présenté par le gouvernement comme une "opération humanitaire". Si ce n’était qu’humanitaire, L’État n’aurait pas eu besoin d’envoyer cette débauche de forces de police.

Comparé à la vie dans un tel bidonville, dans le froid, la boue, les rats, l’accueil dans un centre d’accueil apportera un peu de répit et d’espoir à ceux qui acceptent de demander l’asile en France. Mais encore faut-il que ce soit leur choix.

Car, dans cette affaire, le premier souci du gouvernement n’est pas d’aider les migrants, mais de les éloigner de la Manche. En vertu d’un accord sordide, la France gère la frontière britannique, moyennant finances. Elle a disposé des centaines de gendarmes, dressé des dizaines de kilomètres de barbelés et elle construit un nouveau mur. Police et gendarmerie resteront d’ailleurs sur le pied de guerre pour chasser dans les jours et les semaines à venir les migrants qui voudraient reformer de nouvelles "jungles". Et cela n’a rien d’humanitaire !

L’existence même de la "jungle" résulte de la politique du gouvernement, qui n’a pas voulu accueillir ces migrants dignement. L’attitude de la droite et du FN, qui s’opposent à leur arrivée dans les communes ou dans les régions qu’ils dirigent, est encore pire, s’il est possible. Ces gens-là voudraient-ils qu’on rejette à la mer les réfugiés qui franchissent la Méditerranée ? Qu’on renvoie les Soudanais ou les Erythréens sous la férule de leur dictateur, les Syriens ou les Irakiens sous les bombes ? Qu’on érige un mur autour de l’Hexagone ou de l’espace Schengen ?

C’est en réalité à un honteux concours de démagogie électorale que la droite, le FN et le gouvernement se livrent sur le dos des migrants de Calais.
Nathalie ARTHAUD

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire