vendredi 1 février 2019

Non à la politique d'austérité de La Poste

"Les postes de Saint-Egrève, Saint-Martin-le-Vinoux et Voreppe étaient fermées samedi 26 janvier. Les employés étaient en grève et se sont rassemblés devant celle de Saint-Egrève pour alerter les usagers sur une réorganisation prévue par la direction, et faire signer une pétition : Car il est prévu la diminution des horaires d’ouverture de ces 3 bureaux, qui va entrainer la suppression d’un poste et davantage de samedis travaillés.

Rappelons que cela vient après qu’en 2011, les horaires d’ouverture du bureau de Saint-Martin-le- Vinoux ont été réduits, avec présence d’un seul employé au lieu de deux. Après aussi qu’en 2015, les horaires ont été réorganisés avec des amplitudes qui conviennent beaucoup moins aux usagers qui travaillent. D’où, malgré l’efficacité des employés, beaucoup de monde et d’attente le samedi matin. Entre-temps, le relais postal du Fontanil n’existe plus suite à la fermeture du commerce qui l’hébergeait.

Aujourd’hui, il s’agit donc d’une nième dégradation de l’accueil du public, et d’une surcharge de travail des postiers.

La direction de la Poste a reçu les grévistes, mais ne veut pas changer sa réorganisation. Ainsi, le bureau de Saint-Martin-le-Vinoux devrait ouvrir tous les jours uniquement les après-midis de 13h30 à 17h00 et le samedi matin de 9h00 à 12h00, et avec un seul employé.

Employés et usagers n’ont aucune raison de faire les frais de cette politique d'austérité de la part de La Poste, qui depuis des années, malgré de confortables bénéfices, réduit les services rendus au public et empoisonne la vie des postiers.

Je dénonce cette situation scandaleuse. Au moment même où le ‘grand débat’ est mis en place suite au mouvement des gilets jaunes, on voit comment une entreprise de service public continue, imperturbablement sa politique d’économie…"


(Cette déclaration a été en grande partie reproduite dans le Dauphiné du 1er février)